Chapitre 69 : le baiser de la kilo-goule

Publié le par RoN

« Lyons… professeur, tenta un Jack frissonnant d’effroi. Vous me comprenez, n’est-ce pas ? »

Pas de réponse du côté de la kilo-goule. Un terrible rictus aux lèvres, le monstre approcha Jack avec précautions, sans plus prononcer un mot malgré le calme surprenant qui s’était abattu sur la zone. A son image, toutes les créatures restaient maintenant silencieuses, attendant de voir ce que leur chef comptait faire de cette proie si difficile à capturer. Elles s’écartèrent naturellement sur son passage et se répartirent en un large cercle, certainement pour protéger leur leader d’une éventuelle balle perdue ; et aussi pour être certaines que Jack ne se ferait plus la malle.

Inutile de préciser que le jeune homme n’en menait pas large. Ses membres toujours fermement maintenus par les quatre évolués, il ne pouvait désormais rien faire d’autre que tenter de discuter ; en supposant que ses paroles puissent avoir une quelconque influence sur la légendaire kilo-goule. Qu’elle soit douée d’une intelligence largement supérieure à la plupart des zombies ne signifiait pas qu’elle était moins redoutable, bien au contraire. Qui savait ce qui pouvait se passer dans le cerveau d’une telle créature ?

 

Lyons avait accès à ses souvenirs humains (ou en tout cas à une partie), Jack l’avait parfaitement compris. Mais qu’est-ce que cela impliquait exactement ? Il pouvait réfléchir comme un homme, semblait même capable de parler. Il devait comprendre les survivants mieux que n’importe quel zombie, savait certainement comment anticiper la plupart de leurs actions. Lyons était probablement la goule la plus humaine du continent. Et par conséquent la plus dangereuse. Car malgré sa mémoire, ses ambitions restaient visiblement identiques à celles de ses comparses : faire de chaque survivant un nouveau membre de l’armée goule.

Mais à quelle fin ? Si Jack pouvait comprendre que les instincts naturels des zombies les poussent à s’attaquer aveuglément aux humains, comment un être conscient comme Lyons pouvait s’en prendre à eux de sang-froid ? Pourquoi continuer cette guerre alors qu’il était clairement libéré des pulsions de la Ghoulobacter ?

Redoutant de vivre bientôt ses derniers instants, Jack aurait au moins aimé que son ancien mentor daigne satisfaire sa curiosité. Il avait là une occasion unique de s’entretenir avec l’intelligence derrière les goules. Lyons avait l’intention de lui faire la peau ou de le contaminer lui-même, c’était clair. Mais avant ça, peut-être pouvait-il avoir la bonté d’offrir quelques réponses à ce jeune homme terrorisé.

 

« Lyons, pourquoi vous faites ça ? interrogea-t-il, trouvant cette fois le courage de regarder la créature droit dans les yeux. Pourquoi vous ne vous contentez pas de nous laisser vivre en paix ? Qu’est-ce que vous nous voulez à la fin ? »

La kilo-goule n’émit toujours pas la moindre réponse vocale, préférant s’accroupir au-dessus de Jack et lui adresser à nouveau son affreux sourire zombie. Le jeune homme se rétracta autant qu’ils le pouvait, mais ne put échapper au contact répugnant du monstre. Ses doigts calleux et dotés de griffes tranchantes comme des lames de rasoir caressèrent la front de Jack, palpèrent ses membres à la recherche d’éventuelles fractures, fouillèrent ses poches ; pour y trouver l’unique joint de secours du jeune homme. Un précieux trésor dont il ne tarderait assurément pas à avoir besoin. Mais malheureusement, Lyons semblait être aussi au courant des propriétés de la fameuse buster-weed. Il n’eut aucun effort à faire pour broyer le frêle cône entre ses griffes, et apprécia visiblement la détresse qui en résulta sur le visage de sa future victime.

 

« Répondez-moi ! cria le jeune homme, plus désespéré que jamais. Lyons ! Vous me le devez ! Pourquoi faut-il absolument que nous soyons ennemis ? Pourquoi tous ces morts ? On n’est plus qu’une poignée d’êtres humains, putain ! Pourquoi vous ne nous lâchez pas un peu la grappe, enfoirés de morts-vivannnnnnnnhh… »

L’insulte fut-elle ce qui fit finalement réagir Lyons ? Probablement pas. La kilo-goule était largement au-dessus de ce genre d’invective. Cette-fois, elle choisit pourtant de ne pas laisser au jeune homme le temps de finir sa phrase. Abaissant son hideux visage à tel point que Jack put sentir la puanteur de son haleine, Lyons saisit brusquement le menton du jeune homme, paralysant sa mâchoire tout en lui maintenant la bouche ouverte. Et enfin, enfin il prononça des mots que sa victime pouvait entendre malgré son état d’épouvante.

« Tu… comprendras… bientôt. » articula la kilo-goule de sa voix grave et cassée, peu adaptée à des sentences aussi complexes.

Ce qui n’en eut un effet que plus atroce sur le pauvre Jack. Lyons n’avait plus d’humain que ses souvenirs, c’était évident. La compassion, l’attachement ; même le bonheur et la tristesse devaient lui être étrangers désormais. Jamais il ne se laisserait raisonner, jamais il n’abandonnerait la chasse des survivants. Ce qu’il allait d’ailleurs prouver en éliminant une bonne fois pour toutes le plus célèbre de leurs leaders. Et assurément pas n’importe comment. Si les évolués avaient reçu pour instruction de capturer le jeune homme vivant, ce devait être parce qu’on lui réservait un sort très particulier.

 

Il n’en fallut pas plus pour que ses derniers espoirs soient remplacés par une terreur pure. La panique l’envahissant comme un raz-de-marée, Jack supplia pour la première fois quand la face de Lyons se rapprocha encore de son visage. Jamais il ne s’était senti aussi impuissant, aussi fragile, aussi douloureusement vulnérable. Aidé par quelques ultimes millilitres d’adrénaline, il se débattit, hurla à l’instant où leur peau entrèrent en contact. Mais avec le menton pris dans l’étau de la poigne goule, difficile d’appeler à l’aide. Les seuls sons qu’il pouvait produire étaient parfaitement inintelligibles ; et de toute façon, personne ne devait être en mesure de le secourir.

Les combattants étaient tous morts, blessés, ou beaucoup trop occupés à rester en vie. Il y avait même fort à parier que personne n’avait eu le temps de remarquer cet étrange attroupement. La bataille semblait à des kilomètres derrière la rangée d’évolués en train d’observer la scène avec une curiosité morbide. Coups de feu, cris, chocs des lames et grognements d’effort… Tout cela parvenait à Jack de façon assourdie, comme à travers un brouillard épais et cotonneux. L’humanité semblait déjà lui avoir tourné le dos. Mais les goules l’accueilleraient bientôt à bras ouverts.

 

Hochant la tête histoire de lui assurer que ce qui l’attendait était inéluctable, Lyons ouvrit largement la bouche et produisit un sorte de raclement de gorge ; ivre d’horreur, Jack sentit sa vessie se vider malgré lui. Une simple morsure ne l’aurait sans doute pas terrorisé à ce point. Nombre de goules s’étaient déjà fait les dents sur sa chair, ce qui ne posait pas grand problème avec la buster-weed qui imbibait son sang. Mais Lyons savait que pour contaminer cette proie, il allait falloir envoyer la dose.

Les yeux exhorbités par la terreur, Jack eut tout juste le temps de voir une matière claire et poudreuse apparaître au fond de la gorge du monstre avant que ce qu’il redoutait plus que tout au monde se produise : sans lui laisser la moindre possibilité de se dégager ou de tourner la tête, Lyons colla sa lèvres répugnantes à celles du jeune homme.

Chez qui cette sensation abominable déclancha bien évidemment un énorme haut-le cœur. Mais il ne put même pas extérioriser son dégoût avec le contenu de son estomac. Soufflant en lui avec une pression et une brutalité insoutenables, la goule Lyons expulsa la mystérieuse matière qu’elle venait de faire remonter de ses entrailles directement à l’intérieur de Jack. Agités de spasmes incontrôlables, sa bouche, son estomac et ses poumons furent remplis en quelques secondes ; mais qui semblèrent une éternité pour la malheureuse victime.

 

La douleur fut telle qu’elle l’empêcha même de tomber dans l’inconscience. Jack n’avait pas eu le temps de s’interroger sur la nature de la substance avant d’être forcé à s’en prendre plein les bronches ; mais s’il avait été capable de réfléchir malgré la souffrance inconcevable, il aurait probablement imaginé un mélange de glace pilée, de verre, d’acide ou d’autre produits assurément pas bienvenus dans des organes aussi délicats.

Le jeune homme avait si mal qu’il ne sentit ni la bouche de Lyons se décoller de la sienne, ni les goules le libérer finalement de leur étreinte. Il ne pouvait de toute façon pas faire le moindre geste. Trop de douleur en lui. Impossible de respirer. Ses muscles n’étaient plus capables que de convulsions. Son cerveau inapte à toute pensée. La seule chose qu’il savait, c’était qu’il allait mourir.

 

Soudain plié en deux par un pic de souffrance, Jack se recroquevilla par réflexe, recrachant une sorte de bouillie sableuse mélangée à ses propres fluides. S’il n’avait pas été dans un tel état d’agonie, il serait certainement parvenu à y identifier la forme de résistance de la Ghoulobacter : en effet, quoi de plus efficace pour contaminer un junkie comme lui que de le remplir littéralement de la spore goulifiante ? Légère et très collante une fois humide, la poudre blanche adhérait à ses poumons, à ses muqueuses, passant dans son sang en quantités énormes étant donnée la dose reçue. Jack pouvait tousser ou tenter de se faire vomir : cela ne servirait strictement à rien. Impossible d’expulser cette merde avant d’en être complètement imbibé.

Considérant le jeune homme en train d’étouffer dans ses vomissures avec une satisfaction évidente, la goule Lyons cracha une dernière bouffée de poudre blanche, avant de saisir sa victime par la cheville et de la tirer vers le bord du pont. Paralysé par la brûlure de la Ghoulospore dans ses poumons et convaincu qu’il vivait ses derniers instants, Jack ne lui opposa aucune résistance.

Publié dans Chapitres

Commenter cet article

guigui 21/12/2011 20:31

Bien joué Ron !
Ainsi le Jack-zombie aura une putain de puissance ! (il lui fallait bien ça, gagner de l'exp. lentement, en plus sans jamais atteindre le level max... galère. Mais là... là ça pète !)
Impatient de lire la suite

RoN 21/12/2011 21:44



Ouais, euh, Jack va ptete trouver un moyen de s'en sortir hein !



tistoulacasa 20/12/2011 23:54

Putain Jack qui meurt ça ça serait une putain de fin de tome !!!!
Kenji ou Jonas pourrait alors reprendre le flambeau, je pencherai plus pour Jonas...
Aby a t'elle réussi son largage ?
Tant de choses à découvrir encore...

Merci mec !

RoN 21/12/2011 14:54



Arrête je commence à avoir peur moi-même !!