Chapitre 7 : derniers préparatifs

Publié le par RoN

Sur le chemin du retour, Jack et sa sœur visitèrent une petite supérette discrète et isolée, dans l’espoir d’y dégoter les fameux Chococrak réclamés par Anne. Mais la boutique avait été pillée depuis longtemps, peut-être avant même que l’infection n’atteigne les portes de Talante. Les seules céréales restantes étaient des immondices au caramel dont la date de péremption était dépassée depuis plus de six mois. Il était de toute façon peu probable de trouver un magasin renfermant encore de la nourriture consommable. Les denrées qui pouvaient être conservées avaient été récoltées lors de l’installation des genesiens, un an auparavant. C’était malheureux, mais les gosses devraient dorénavant se contenter des mêmes petits-déjeuners que les adultes : fruits, légumes, lait de soja, blé et maïs séché. Les enfants ne raffolaient généralement pas de ces aliments sans grande saveur ; ils seraient obligés de s’y faire. Ce n’était pas la première fois qu’ils étaient contraints de faire table rase du passé : l’apocalypse zombie avait assurément bouleversé beaucoup d’habitudes…

 

Le soleil descendait déjà vers l’horizon montagneux quand Jack et sa sœur débarquèrent au barrage, devant lequel les quelques travailleurs prenaient leur pause, partageant un petit joint de buster-weed. Béate avait dû promettre de ne parler de rien aux autres genesiens pour que son frère daigne l’emmener avec elle. Mais dans tous les cas, ce n’était plus qu’une question d’heures avant que la communauté dans son ensemble ne soit mise au courant.

« Tout se passe bien, les mecs ? interrogea Jack en s’extirpant du pick-up.

-         Comme sur des roulettes, répondit Arvis Bronson avant de donner un baiser à Béate.

-         Alors comme ça, vous avez remis tout ça en fonction… commenta la jeune fille, laissant son regard errer sur le lac barré par l’immense construction de béton et d’acier. Je n’y croirai que quand je le verrai…

-         Nous aussi, miss, déclara M. Claireau. Mais on n’a eu aucun problème lors des derniers tests. Les turbines tournent, les convecteurs fonctionnent, les systèmes de refroidissement sont opérationnels. D’ici trois heures, cette ville va s’illuminer comme un sapin de noël… »

Il fallait en tout cas l’espérer. Parfaitement satisfait de la tournure que prenaient les choses, Jack et Béate laissèrent leurs collègues à leurs derniers préparatifs, non sans leur avoir confié l’un des talkies-walkies récupérés auparavant. Les deux jeunes gens s’en retournèrent vers le gymnase, autour duquel régnait déjà une certaine agitation.

Chacun vaquait à sa tâche, transportant nourriture, décorations, sièges, dans une sorte de chaos organisé qui en aurait dérouté plus d’un. Mais les genesiens étaient habitués à ce type de fonctionnement, assez autonomes et réfléchis pour se partager les différentes tâches sans avoir besoin d’un superviseur pour leur hurler des ordres.

L’arrivée de Jack et Béate ne passa pas inaperçue, rares étant les occasions de voir fonctionner un véhicule à moteur. Les regards curieux se teintèrent d’excitation quand les genesiens découvrirent le lourd matériel ramené par les Redfield. Les questions ne tardèrent pas à fuser, mais les jeunes gens ne révélèrent rien qui aurait pu gâcher la surprise de leurs camarades.

« Où est-ce qu’on installe ça ? interrogea l’un d’eux en désignant la chaîne hi-fi à l’arrière du véhicule. Dans le gymnase ou à l’extérieur ?

-         J’en sais rien… répondit Jack en s’étirant. Qu’est-ce que tu en penses ? »

Son interlocuteur haussa les épaules, ayant de toute façon du mal à imaginer à quoi ces enceintes monstrueuses allaient bien pouvoir servir. Finalement, deux des quatre baffles furent placées au dehors, tandis que les deux autres étaient installées à l’intérieur du gymnase, avec les dizaines de plats préparés pour l’occasion. Les gens avaient beau ignorer en quel honneur la fête du soir était organisée, cela ne les avait pas empêché de se consacrer aux préparatifs avec bonne humeur et motivation.

Alors qu’ils ne cultivaient qu’une vingtaine d’espèces végétales, Jack dénombra plus de quarante plats différents. Le jeune homme était toujours effaré devant la créativité dont faisaient preuve les cuisinières, mais cette fois elles s’étaient vraiment dépassées. Bien entendu, il ne fallait pas trop en demander : pas la moindre trace de viande dans le festin qui attendait les genesiens. Les animaux sauvages étaient trop rares pour être chassés, et les quelques chèvres miraculeusement capturées encore trop peu nombreuses pour être dévorées. Qu’à cela ne tienne : les plats étaient suffisamment diversifiés pour satisfaire les plus difficiles.

Jack s’assura que ses camarades avaient bien pensé à séparer les aliments « normaux » et ceux cuisinés avec de la buster-weed. Beaucoup de femmes allaitaient encore leurs nouveaux-nés, plus encore étaient enceintes ; certaines préféraient par conséquent éviter de consommer de la drogue.

Ignorant les grondements de son estomac, Jack évacua sa fébrilité en aidant aux derniers préparatifs, avant de s’autoriser un gros joint bien mérité. Le soleil disparaissait derrière les pics de la Chaîne Platte, et la plupart des genesiens convergeaient vers le gymnase après leur journée de labeur. Un immense feu de joie était en train d’être allumé devant la salle de sport, et la bruine qui n’avait pas cessé de la journée semblait enfin décidée à leur lâcher un peu la grappe. Le sol légèrement boueux et l’air frais n’empêchaient pas les genesiens de sourire, impatients de voir quelle était la fameuse surprise que leur leader leur réservait. Ils n’allaient pas être déçus.

 

 

 

 

Petit chapitre aujourd'hui... Comprenez que j'essaie de découper cette histoire de façon cohérente, ce qui n'est pas toujours chose aisée. Quoi qu'il en soit, vous pourrez retrouver la suite lundi, comme d'habitude ^^

Publié dans Chapitres

Commenter cet article

Tistoulacasa 17/01/2011 21:48


C'est clair que sur ce coups là, Jack n'a pas trop réfléchi. D'accord, ils sont entourés de montagnes mais un point lumineux qui est de surcroît bruyant risque d'attirer des ghouls voir pire... des
hommes...


Damien 15/01/2011 13:12


Comme d'habitude, c'est un vrai plaisir de te lire. Il y a juste un petit truc qui me fait peur pour les génésiens : le bruit de la chaîne-hifi ne va-t-il pas attirer des goules? Bref, tu n'es pas
obligé de répondre (en fait, tu ne dois PAS répondre lol), c'était juste une petite question rhétorique. :p En tout cas, continue comme ça, c'est agréable de découvrir ce mode de vie
post-apocalyptique mais serein. Sur ce, à lundi.


RoN 15/01/2011 17:36



Merci pour les compliments. En effet, tu auras probablement la réponse à ta question dans les prochains chapitres...



Marianne 15/01/2011 12:13


Moi aussi je commence à être impatiente, depuis le temps que j'entends "parler" de cette fameuse fête, j'ai hâte de la lire...
Pas relevé de fautes d'orthographe aujourd'hui, juste une remarque du comité de vigilance du MLF: pourquoi seulement des cuisinières, les genesiens seraient-ils mysogynesiens?


RoN 15/01/2011 17:35



Pas du tout, les genesiens s'organisent selon les besoins et les envies de chacun. Il faut juste se souvenir que dans la communauté, les femmes sont deux fois plus nombreuses que les hommes. Il
ne faut donc pas s'étonner de revoir surgir ce type de moeurs. L'agriculture accaparant une bonne partie de leur temps et demandant pas mal d'énergie, la plupart des hommes sont dans les champs
tandis que la cuisine doit être faite par les femmes, qui de manière générale affectionnent plus les activités culinaires que les hommes...